Projets EPM : les enjeux et réponses des éditeurs pour valoriser les données

Pour réussir un projet EPM et plus largement tous les projets de transformation du SI Financier visant à soutenir la croissance de l’entreprise, la valorisation des données est désormais un des objectifs clés. Au même titre que la base clients, les ressources humaines ou le savoir-faire, les données sont en passe de devenir un actif stratégique pour l’entreprise car leur bonne exploitation impacte de plus en plus les enjeux business.

D’ailleurs, la notion d’intelligence économique, parfois considérée comme stratosphérique par rapport aux préoccupations quotidiennes des directions financières, revient de plus en plus fréquemment dans les discussions des directions générales. L’objectif clé est désormais de s’assurer que les équipes aient les bonnes informations au bon moment pour prendre les meilleures décisions possibles. La question de l’accessibilité des données et de leur restitution est désormais au cœur des projets EPM, et les éditeurs l’ont bien compris. Nous avons donc voulu apprécier leurs réponses au regard de ces enjeux de valorisation des données pour vous aider à identifier les points d’attention essentiels…

Quels enjeux pour mieux valoriser les données dans un projet EPM ?

Certes, la réussite des projets EPM repose en grande partie sur l’efficience des processus financiers et opérationnels sous-jacents. C’est pourquoi l’implication des opérationnels – et des filiales dans le cas des groupes – est devenue une évidence : les collaborateurs au plus proche de la production de la donnée sont désormais systématiquement impliqués dans les projets EPM. Pour que la donnée restituée dans la solution EPM soit la mieux valorisée possible, tant sur sa pertinence que sur sa présentation, il faut s’assurer à la fois des dispositions d’accès à la donnée source et des fonctionnalités de restitution.

Les possibilités de reporting ainsi que la qualité de la présentation des données sont en effet de plus en plus indispensables et prépondérants dans les projets EPM. Tous les éditeurs mettent donc l’accent sur l’ergonomie et la Data Visualization pour faciliter au maximum l’analyse des données par les équipes métiers. Cette évolution traduit l’aspect stratégique de l’accompagnement des utilisateurs dans l’exploitation de la donnée lors de la mise en place d’une solution de reporting ou de prévisionnel. En revanche, la restitution est-elle la seule piste pour valoriser les données ?

La dimension d’accès à la source des données est également capitale si l’on veut pouvoir adapter la richesse de l’information mise à disposition à la typologie des populations cibles. Si un CFO aura besoin d’une information synthétique basée sur un suivi graphique de KPI’s, un opérationnel aura quant à lui rapidement besoin de fonctionnalités de drill down et de navigation. Le modèle de données de l’application et surtout l’accès aux ressources en amont restent donc essentiels, tout comme la dimension temporelle qui est également un facteur à prendre en compte.

Il faut donc se demander ce qui est le plus important et quels sont les vrais objectifs ? Certes les solutions de Business Intelligence ont toujours permis d’embellir la donnée par les restitutions, mais seule une donnée qualitative bien exploitée et accessible permet de créer de la valeur. Ce besoin de développer l’accès à la donnée ne doit cependant pas occulter le besoin de production de la donnée et rester en phase avec le processus sous-jacent et l’outil utilisé. Par exemple, une solution de BI ne pourra jamais adresser le périmètre couvert par des outils FP&A. Avec une plateforme financière globale comme OneStream XF, il serait contre-productif d’ajouter en complément un outil de BI. De même, si l’outil de consolidation intègre des fonctionnalités de reporting, il faudrait idéalement rester dans cet environnement et s’assurer de pouvoir zoomer jusqu’à la donnée comptable depuis le reporting consolidé comme c’est possible dans les solutions Opera d’Amelkis et dans la plateforme financière OneStream XF.

En revanche, tous les outils ne permettent pas de mixer plusieurs processus et garantir le meilleur accès possible à la donnée source ne sera pas toujours possible. Autant donc se poser les bonnes questions dès le départ et bien comparer les différentes solutions pour faire les bons choix, voire mixer les solutions les plus complémentaires selon les processus.

Les tendances chez les éditeurs et les fonctionnalités disponibles dans les outils

Tous les éditeurs apportent de nouvelles fonctionnalités de visualisation de la donnée, que ce soit via une nouvelle expérience utilisateur chez Anaplan, l’Infolet ou le Dashboard 2.0 pour Oracle PBCS mais aussi via la simplification de l’accès aux données avec par exemple la mise en place de connecteurs natifs entre les solutions FP&A et celles de Business Intelligence (Anaplan, Tableau, Jedox, Qlik ou encore Power BI, mais aussi au sein d’un même éditeur comme entre PBCS et OAC chez Oracle).

La tendance n’est plus uniquement à la mise à disposition de rapports comme par le passé mais plutôt à permettre aux consommateurs de la donnée d’accéder à des outils de visualisation et d’analyse souples et adaptés aux différentes typologies de besoins. Il existe ainsi différentes réponses fonctionnelles et recommandations selon le contexte :

  • Intégration des fonctionnalités de mobilité et de Dashboarding,
  • Apport d’une solution de BI dédiée en complément du déploiement de la solution FP&A,
  • Fonctionnalité de Drill-through sur les données des systèmes amont,
  • Fonctionnalité de Drill-through Anywhere comme sur OneStream et Opera d’Amelkis,
  • Apport de fonctionnalités collaboratives type Narrative Reporting.

Ces fonctionnalités facilitent également l’appropriation de la solution EPM par les équipes opérationnelles car elle devient la solution pour tous, du Corporate comme des opérationnels. Cette tendance répond parfaitement à l’évolution de la fonction finance qui n’est plus une fonction support en charge de la production de données mais une direction Business Partner facilitant la mise en place de solutions collaboratives de pilotage de la performance auprès des directions opérationnelles de l’entreprise.

Notre étude de cadrage pour vous accompagner dans vos choix

Faire les bons choix pour que le SI Financier valorise davantage les données nécessite de prendre du recul et de répondre à de nombreuses questions. Les solutions EPM s’approchent de plus en plus des outils de BI en termes de fonctionnalités, mais quel est le vrai besoin ? Où doit se faire la restitution : dans l’outil qui produit la donnée ou dans un outil tiers ? Jusqu’à quel point la solution mise en œuvre est un tout par rapport à différentes solutions complémentaires ? Car le coût de mixer plusieurs solutions peut devenir important et la vraie question est de bien mesurer la valeur créée par l’ajout d’une solution de BI en complément de l’EPM, en s’assurant que ce ne sont pas des besoins « gadget » pour quelques utilisateurs.

L’expertise des consultants Smarthys sur les différentes solutions du marché vous garantit de positionner les objectifs et besoins essentiels au cœur de votre projet EPM. Nous avons conçu pour cela une méthodologie complète d’étude de cadrage pour vous délivrer les bons conseils sur la bonne approche et manière de faire :

  • Vous aider à exprimer et à cadrer vos besoins spécifiques,
  • Mettre en avant les atouts des différentes solutions dans votre contexte,
  • Formaliser et communiquer un plan projet vous permettant de vous projeter.